Rechercher
  • sarah dukhan

Je composte, tu compostes, nous compostons


Aujourd'hui, une dizaine de familles ont eu la chance d'assister à un atelier très enrichissant qui réunissait deux grands passionnés d'agriculture naturelle: Philippe de La vie en Abondance et Johnny Ridge, agriculteur à Bora Bora, formateur et auteur du livre "Evolution Farm".

Nous avons été accueilli dans un petit jardin partagé magique, bien loin du tumulte de la ville, à Taunoa au centre Papa Nui.

Cet atelier s'est scindé en deux parties. Nous avons d'abord eu une explication très pertinente de Johnny sur l'importance de prendre conscience du monde invisible; celle que nous oublions souvent et qui grouille dans notre jardin. De tous les éléments qui constituent le Système d'Agriculture Evoluée, les deux plus importants, notent Johnny, sont la compréhension et l'acceptation du monde invisible d'une part et le rythme de la Nature d'autre part. Sans une acceptation consciente de ces deux éléments, la vision à laquelle nous aspirons tous ne pourra se réaliser...dit il.

Les bactéries constituent la source principale de nourriture pour les vers. Aussi un sol rempli de vers de terre indique que la chaîne alimentaire du sol est saine, sous le règne des bactéries! Rien de tel pour les légumes!

C'est pourquoi il faut absolument éviter tout produit chimique! C'est comme si une bombe atomique venait s'abattre sur l'univers des microbes! Et si un maillon de la chaîne trinque; c'est tout le processus de "création de la vie" qui trinque!

Donc ok, ne pas toucher au monde invisible! Au contraire en prendre soin car c'est "lui qui fait tout"!

Alors comment fabriquer un bon compost?

Souvent appelé l'or noir de l'agriculteur, c'est l'ingrédient le plus important de l'agriculture naturelle. Il doit fournir un environnement idéal pour une activité microbienne bénéfique !

Définition: c'est le produit fini résultant de la décomposition des matières organiques. C'est ce qu'il reste de nos déchets biodégradables (attention par n'importe lesquels et pas n'importe comment) après que des milliards et des milliards de microbes ont fait leur oeuvre, en compagnie des insectes, des vers et des invités...

Qu'est ce qu'un bon compost ? un matériau de couleur marron foncé ou noir, ou spongieux à l'odeur savoureuse. Et lorsqu'il est mélangé au sol de la zone de plantation, la transformation s'opère pour donner une bonne dose de vitamines au sol!

En Polynésie, avec notre taux d'humidité, le compost est plus facile à mettre en place que dans un pays européen par exemple. Par contre, il est important de bien varier la nature des composants entre les ingrédients dits "vert" (frais- apport d'azote) et les ingrédients dit "marrons" ou (secs - apport de carbone) . Il faut opérer comme en cuisine et imaginer des couches de lasagnes entre le frais et le sec!

Alors recette de compost en lasagne:

  • Déchets végétaux, feuilles et rameaux, qui forment la bases du compost

  • Déchets épluchures de légumes, fruits, café, thé, coquilles d'oeuf, carton déchiré, journaux (juste la dépêche) MAIS ATTENTION SAUF EPLUCHURES DE POMME DE TERRE, PAPATE DOUCE, ANANAS (car ils fermentent en alcool et repoussent les vers)

  • L'arrosage permet de maintenir un taux d'humidité favorable aux processus si besoin! ATTENTION PAS D'ARROSAGE AVEC L'EAU DU ROBINET QUI CONTIENT DU CHLORE!! MAIS AVEC DE L'EAU DE PLUIE (ou alors faire évaporer l'eau du robinet environ 3 jours avant de l'utiliser pour l'arrosage)

  • Couvrir tout de même les tas de compost pour les protéger du soleil

Voilà, je vais rajouter à ces points une information qui a tout son sens mais qui peut être très compliquée à suivre. Il est aussi important de ne pas mettre d'épluchures de légumes ou de fruits non biologiques...car les produits chimiques avec lesquels ils ont été traités viendraient perturber le monde invisible, voir le tuer en partie.....snif.

Vous savez que vous avez obtenu du compost au bout de trois mois environ en fonction des éléments suivants:

  • la couleur noir, café

  • la textture: spongieuse, légère

  • le pressage: quand on presse entre les doigts, c'est comme une éponge humide sans goutte

  • odeur: ça ne sent pas!!!

Les familles se sont ensuite attelées à fabriquer un lombricomposteur, beaucoup plus pratique pour un usage "familial".

Voici les étapes de fabrication:

  1. Prendez un récipient en plastique (50 cm de long par 30 cm de large) ou un bac en polystyrène comme sur la photo (si c'est le cas et qu'il y a des trous déjà fait, il faut les boucher avec de la moustiquaire afin d'éviter la ponte des mouches)

  2. Percez des trous au fond sur la partie avant du récipient: ceux sont les trous de drainage. Puis tracez un cercle plus petit que le diamètre de l'entonnoir de collecte et percez plusieurs trous à l'intérieur de ce cercle. Recouvrez cette zone d'une moustiquaire pour les mêmes raisons citées au dessus (attention collez la moustiquaire à l'extérieur du bac! Les vers sont sensible à la colle!)

  3. Placez du papier journal humidifier à l'intérieur du bac et recouvrez de compost. Ajoutez les vers (une bonne poignée)

  4. Enterrez les restes de nourriture dans le compost.

  5. Assurez vous d'avoir placé le bac légèrement en pense pour permettre de faire couler le jus vers les trous de drainage

  6. Placez le récipient de collecte (en plastique) que l'on fixera à l'entonnoir!

L'après midi nous avons eu droit à deux recettes de pesticides naturels! Normalement, nous ne devrions pas en avoir besoin nous dit Johnny si nous avons pratiqué une plantation en association de plantes...Mais si toutefois nos petites plantes sont infestées de cochenilles, ne nous jetons pas sur la chimie! Voici une recette simple et qui marche:

  1. Rappez une demi barre de savon de Marseille

  2. Mélangez à 1L d'eau de pluie chaude - faire fondre

  3. Ajoutez une cuillère café d'huile végétale

Et op c'est prêt! Ce mélange est le concentré! On le mélange ensuite en proportion 1L pour 10L et on badigeonne nos petites feuilles malade une seule fois suffit (le matin ou le soir!)

Pour les fourmis?

De l'acide ascorbique et du sucre glace au pied de la plante en proportion 50/50!!!

La dernière partie de la journée, nous avons eu un petit cours de bouturage et plantation de semis; Nous avons appris ce qu'est un gourmand de tomate! Et chaque famille est repartie avec ses semis et son lombricomposteur, rempli d'astuces nouvelles et naturelles pour commencer un nouveau départ dans peut être ce qui sera plus tard...l'autosuffisance alimentaire ??? ah ah ah, rêvons un peu!


© Zéro Déchet Tahiti 2017 - Tous droits réservés